” Las Vegas “, ” Hawaï “, ” Honolulu ” et ” Ndèye Safiétou” : Ces “hôtels” au cœur d’une affaire de prostitution, proxénétisme et blanchiment de capitaux

90

Le Tribunal des flagrants délits de Dakar a jugé et mis en delibéré jusqu’au mardi prochain, une affaire de prostitution, proxénétisme et blanchiment de capitaux. 

Au banc des accusés, le très fortuné El Hadji Ousmane Diop et ses acolytes S. Gomis, O. Barry, I. Wane. Pour comprendre cette affaire, il faut remonter au 14 mars 2019, lorsque la Section de de la gendarmerie reçoit une information faisant état de l’existence d’un lieu de débauche dans le très discret quartier de Ouest Foire. 

Dans la nuit du 16 au 17 mars, la Section de Recherches et de la Compagnie de gendarmerie de Dakar organise une opération combinée et débarque avec hommes et matériel dans le lieu dénommé «Hawaï ». La perquisition et les fouilles opérés par les hommes en bleu a permis d’en savoir plus sur le mystère qui l’entoure. Le client doit payer 1000 F Cfa s’il dispose une carte nationale d’identité ou 2000 F Cfa s’il préfère garder l’anonymat. 

Ce semblant d’hôtel de 22 chambres est loué à des prostituées à raison de 10.000 F Cfa la passe les jours ouvrables et 15.000 F Cfa les week-ends et jours fériés. 
Les gendarmes y ont trouvé des travailleuses du sexe d’ici et de plusieurs autres nationalités de la sous-région : Sénégalaises, Nigérianes, Ghanéennes, Ivoiriennes, Guinéennes et Libériennes. Elles tarifient la passe à la modique somme de 5000 C Cfa. 

Il ressort de l’enquête que le propriétaire du réceptif, un certain E. O. Diop était sous le coup d’une mesure administrative pour non-respect des cahiers de charges pour l’ouverture d’un établissement hôtelier. Une interdiction qu’il a contournée pour rebaptiser son établissement Kassoumay en Hawaï. Outre ce lieu de débauche, il possède 3 autres établissement qui fonctionnement quasiment de la même manière : « Las Vegas » (ex Golden) implanté au Rond-point Sicap Urbam, «Ndèye Safiétou » sis aux Almadies et Honolulu (ex-Tam-Tam). 

La conviction des enquêteurs est que E. O. Diop exploite ses «hôtels » en hébergeant des filles qui se prostituent pour lui verser des redevances sous forme de loyer. 

Selon Libération, lors de son procès hier, le parquet a requis contre lui cinq de prison ferme et la relaxe pour ses co-accusés. Son avocat, Me B. Cissé a, par contre plaidé sa relaxe pure et simple.